Les joyeux bulleurs chez les belges

 

Jeudi 15 janvier 2016, par un après midi, gris et froid (désolé mais c’est la vérité ! ), une belle brochette de plongeurs dijonnais (Mimi, Toutptit, Cécile, Gégé, Romain, Daniel, Luc, Harold et moi), embarque pour la Belgique. J’ai encore du mal à réaliser mais il paraît que nous partons plonger.

Après quelques heures de route, sans encombre (en ce qui nous concerne, mais ce n’est pas le cas de tout le monde !!), nous voilà arrivés à Bruxelles et plus particulièrement à Molenbeek.

Un peu plus tard nous sommes rejoints par Béa, Titi, Toto et Claire. Ces derniers, en passant par le Luxembourg, ont eu plus de difficultés et ont gouté aux joies de la conduite sur la neige.

 

Aux alentours de 21 heures 00, l’équipe des Joyeux Bulleurs est enfin au complet et l’aventure Belge peut commencer.

C’est dans une auberge de jeunesse de ce joli port de pêche que nous posons nos valises pour le week-end. A la surprise générale, notre « hôtel » est très confortable avec des chambres spacieuses et propres qui rappellent certains souvenirs (…je vous parle d’un temps, que les moins de vingt ans, ne peuvent pas connaître….). D’ailleurs je me suis tout de suite senti dans mon élément et comme par réflexe, j’ai immédiatement fait mon lit « au carré ».

 

Bien entendu pour nous remettre de ce voyage, nous entamons la soirée par un « petit verre » et un repas aux couleurs locales soit « un couscous » (rigolez pas tout de suite car ce n’est pas le seul met local que nous aurons à déguster au cours de notre séjour).

 

Le lendemain matin, à 08 heures 00, après une bonne nuit et un réveil, plus ou moins difficile (cela dépend pour qui), la bande se retrouve au réfectoire.

Après un bon petit déjeuner, nous nous mettons en route pour NEMO33.

Comme le disent les deux gps du véhicule qui n’étaient pas d’accord sur le trajet, tous les chemins mènent à la fosse.

Après les formalités d’usage nous sommes enfin prêts à nous mettre à l’eau.

Mimi avait bien précisé que chaque bulleur devait avoir en sa possession tous ses documents de plongée. Et bien évidement l’un de nous avait oublié sa carte de niveau. Je peux me moquer car c’était moi. Heureusement Mimi et Toupetit ont fait les yeux doux à la gentille dame de l’accueil et l’oubli a été vite réglé.

 

A 10 heures 45, après deux ou trois petits couacs (… t’as pas une pièce pour la consigne ? … j’ai oublié de ranger mon caleçon, tu peux le mettre dans ton placard ? … fais gaffe à ma gopro ! … la pile de mon ordi est HS ! …) nous sommes enfin prêts à nous mettre à l’eau.

groupe

C’est ainsi qu’à 11 heures 00, pétante, nous nous retrouvons tous au bord de la piscine. Un rapide coup d’œil autour de nous, nous montre que nous sommes loin d’être les seuls aujourd’hui.

Le « bogoss » en slip de bain de NEMO33 nous fait son petit brieffing en français mais aussi en anglais, en allemand, en russe et autre langues et enfin nous voilà dans l’eau.

Quel bonheur de se baigner dans une eau douce à 33 degrés !!!

 

Très rapidement la bande de joyeux bulleurs plonge dans les abîmes et se retrouve au complet à 32 mètres de profondeur. Je ne sais pas qui a eu cette idée lumineuse mais elle nous a permis de distancer le reste du troupeau de plongeurs et nous nous sommes retrouvés  seuls, tous les treize, au fond de la fosse.

Après quelques pirouettes et quelques jeux de lampes nous entamons une lente remontée.

Au passage nous croisons les autres plongeurs. Dans ce bouillon de bulles, les palanquées se disloquent et les plongeurs se perdent de vue. Après quelques mètres d’ascension le calme revient et chacun retrouve son partenaire de palanquée en se saluant d’un petit signe « OK ».

 

La plongée n’est pas finie pour autant. Plusieurs salles restent à découvrir. Certaines d’entre elles aboutissent dans des espaces à l’air libre mais dont l’odeur n’est pas très fraîche. Certains profitent tout de même pour entamer des chants dont j’ai pas tout à fait compris les paroles. Cela ne m’a pas empêché de participer à ma façon en criant tout et n’importe quoi.

Nous nous retrouvons tous dans la zone des 10 mètres. Certains entament des combats de fighting. D’autres, comme des poissons dans un bocal, se collent aux vitres pour faire « des coucou » aux personnes qui passent dans la salle du restaurant. Enfin d’autres, mais je ne citerai de noms (n’est-ce pas Romain !!) regardent les dames qui font de l’aquabiking à la surface.

 

A peine cette première plongée a-t-elle pris fin que déjà nous nous projetons sur la suivante de l’après-midi.

 

Mais avant cela, il faut reprendre des forces. Nous nous retrouvons tous au restaurant.

Une fois de plus après un « petit verre », nous entamons un met tout à fait local … un repas Thaïlandais !!!

Au cours du repas, nous profitons pour regarder les autres plongeurs qui s’ébattent dans l’eau et qui à leur tour nous font « coucou ». C’est à ce moment-là que nous nous rendons compte que nous avons l’air bête quand nous faisons ça.

Cela ne nous empêchera pas de le refaire à la prochaine plongée (c’est sans doute l’effet que l’azote produit sur notre organisme !!!)

 

Après ce bon petit repas, arrosé de « bière » (par obligation car l’eau « belge » est hors de prix ! N’est-ce pas Béa ?), certains s’accordent une petite sieste pendant que d’autres flânent dans le magasin de plongée à la recherche d’une bonne affaire.

 

Un son de cloche réveille la bande qui se met en action pour une seconde plongée.

Après le vestiaire et ses couacs, le briefing (beaucoup plus light cette fois), nous nous retrouvons dans la même configuration que lors de la plongée du matin. A la différence que cette fois, nous avons la fosse quasiment pour nous seuls et que nous emmenons avec nous dans les profondeurs… un frisbee.

Et voilà la joyeuse bande de bulleurs qui joue au frisbee à -32 mètres. Personnellement c’est une première. Le jeu se poursuit lors de la remontée et dans la zone des 10 mètres. Au jeu du frisbee, s’ajoutent le fighting, le lap dance le long du boot et le traditionnel coucou à travers les vitres qui donnent sur la salle du restaurant. Notons toutefois une nouveauté, Toupetit nous a chanté un morceau de sa fameuse chanson « mon petit poney » sous l’eau, dans les salles à l’air libre. J’ai délibérément ajouté à la fin de ce texte, les paroles du début de cette chanson, afin de partager avec vous cet air que j’ai dans la tête et dont j’ai du mal à me séparer !!

La plongée se termine sans encombre et toute la petite bande se retrouve à l’auberge.

 

Une nouvelle fois, après « un petit verre », nous dégustons une spécialité locale à savoir … des lasagnes !!! Après ce bon repas nous décidons d’aller visiter Bruxelles « by night ».

Après quelques explications rapides du barman de l’auberge, nous nous mettons en route pour nous rendre à la Grande Place et au Manneken-Pis.

clocher

 

place gf

Au final, le quart d’heure de marche prévu par le barman a été beaucoup plus long, surtout sous la neige qui s’est greffée au programme. Tout cela au grand dam de Gégé qui a juré tout le long du trajet que « l’année prochaine c’est lui qui organise et que Touptit a eu raison de rester bien au chaud à l’Auberge … et tout ça pour voir une toute petite statue avec un tout petit appendice …. ».

manenken pis

 

Fort heureusement, nous avons fini par trouver un petit bar sympa (dans une rue style « coupe gorge » certes mais sympa). L’ambiance nous a réchauffé les cœurs et les corps. Dans ce bar les verres de certains étaient même « sans fond ».

Après cette soirée, la bande s’est dirigée tranquillement vers l’auberge en prenant soin, tout de même et « enfin » j’ose dire, de faire une halte dans une friterie afin de goûter à un véritable met local que sont « les frites cuites dans la graisse de bœuf ». On ne dirait pas comme ça mais ces frites avaient un goût particulier et fort appréciable.

 

La suite de la soirée (et de la nuit) a été diverse et variée, selon les personnes mais cela ne nous regarde pas !!

Quoi qu’il en soit tout le monde s’est présenté au petit déjeuner du lendemain matin. Certains avait la mine fraiche et d’autres moins mais la bonne ambiance était au rendez-vous et c’est tout ce qui compte en définitive.

 

Les bagages chargés dans les véhicules, les « cadavres et les diverses traces de notre passage » effacés, toute la tribu se met en route pour la dernière plongée du week-end.

Une idée particulière avait germée dans l’esprit de certains à savoir de réaliser une pyramide humaine sous l’eau à -30 mètres.

Avant de se mettre à l’eau les rôles et les positions de chacun ont été définies. Les plus « costauds » en bas et les moins lourds en haut, bien évidemment. Béa avait pour mission d’immortaliser la scène.

Aussitôt dit, aussitôt fait.

Après le traditionnel briefing en plusieurs langues (j’ai tenté de faire parler le gentil organisateur en portugais sans succès, il a regardé le dessous de ses bras en me disant qu’il n’avait pas assez de poils ….. j’ai pas compris, faudra m’expliquer !!!????)

A peine dans l’eau, tout le monde se précipite dans les profondeurs afin de réaliser le défi. A peine arrivé en bas, les palmes sont déchaussées et la pyramide se met en place. La scène est immortalisée, mais malheureusement nous ne ferons pas encore partie du livre Guinness des Records.

La plongée se terminera par quelques chants entamés par l’ensemble de la bande dans les salles à l’air libre. Les murs de la fosse ont tremblés sous la force du banc bourguignon entamés par l’ensemble sans oublier le chant du « petit poney ».

 

Le week-end à Bruxelles prend fin après cette dernière plongée.

La route du retour, en passant par le Luxembourg, a été clame et s’est déroulée sans encombre.

 

Il est bien évident que nous garderons en souvenir que les bons moments passés tous ensembles et la bonne humeur qui a été au rendez-vous tout au long de ce week-end.

nemo

pour voir LE FILM cliquez sur le lien suivant :

https://youtu.be/VVf5ySdp1OE

 

 

Vivement l’année prochaine.

 

Paco

 paco

J’allais oublier :

            Paroles de Petit Poney

Petit poney, petit poney

tu es tout gris et tout petit

petit poney, petit poney

………

tu gambades dans les prés,

sans te soucier du temps qui passe

petit poney, petit poney

un peu d’eau fraiche et d’herbe grasse

te voilà prêt pour la ballade

petit poney, petit poney

……..

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.