Premières bulles … (sortie du 8 au 10 juin 2019)

Puisqu’il est de tradition pour les derniers brevetés de prendre la plume pour narrer leurs premières bulles, je me livre au difficile exercice de raconter notre week-end ayant reçu comme directives de mes anciens que «  ce qu’il se passe à La Ciotat, reste à La Ciotat »…

L’intérêt des différents itinéraires pour s’y rendre fut l’objet de riches discussions aux conclusions encore incertaines mais les trois profanes que nous étions étaient gentiment maintenus à l’écart de toute considération logistique. L’organisation de la sortie était, en effet, affaire de professionnels et parfaitement rodée. C’est donc dans les meilleures conditions, même la météo étant avec nous, que nous avons embarqués à destination des fonds de la Méditerranée, plus prometteurs en sensations que la faïence déjà très explorée de la fosse de Dijon.

Le Grand Bleu allait nous être livré par Tout P’tit : consignes reçues, ceinture de plombs attachée, signes réglementaires, c’est évidemment plein d’enthousiasme que nous sommes descendus vers les (encore très limitées) profondeurs. La leçon de choses pouvait commencer.

Chacun d’entre nous étant cornaqué par notre moniteur attitré, ce fut avec Charlène que je découvrais toute la faune qui assurait le spectacle pour ma première sortie. Du très laid concombre de mer aux magnifiques et minuscules doris, Charlène me montrait avec grandes précautions tout le bestiaire et la flore aquatiques, à la fois superbe et paisible. C’était vraiment bien d’être au fond…

Sa patience ne fut pas récompensée par ma consommation d’oxygène ; prodigalité de débutant, je tétais visiblement sans compter un air qui, enfermé dans ma « bonbonne », l’était bel et bien et cette première plongée fut un peu courte…

Les suivantes furent plus longues. Même si je n’arrivais toujours pas à me montrer parcimonieux en air, les techniques de reprise d’embout prolongèrent un peu mon temps sous l’eau et me permirent incidemment de tester une panne d’air… Parfaitement formés tout au long de l’année, tous ces exercices s’effectuaient évidemment de façon nominale.

Si la surface a pu nous chahuter à l’occasion avec un peu de houle, en dessous, les eaux nous réservaient de belles surprises : murènes, poulpes, barracudas, mérous et tant d’autres petites choses dont il nous faudra apprendre les noms parfois barbares. Parmi ces rencontres fortuites, j’ai pu croiser une seiche amoureuse, qui rougissait quand on la caressait…

Ce week-end fut évidemment un grand plaisir et tout ce « qui ne se raconte pas de ce qui se passe à La Ciotat » y a contribué également. Merci Daniel de ne rien dire à la mère de Louis.

Merci à tous, pour nous trois, pour nos premières bulles. Elles nous ont donné l’envie de descendre plus bas, et évidemment, d’y aller avec vous.

Xavier

Merci une fois de plus à Gaël pour les superbes photos ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.